f
s
f

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipis cing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis theme natoque

TOP
Image Alt
Amazing Tour

Maroc

Maroc, terre de contrastes

Le Maroc est le pays des mille contrastes. Diversités de paysages, gastronomie exceptionnelle, nature époustouflante, couplées à un patrimoine culturel et humain hors du commun, Le Maroc vous séduit.Au Maroc, la nature a laissé libre cours à son imagination. Des chaînes de l’Atlas à celles du Rif, du littoral atlantique aux rivages méditerranéens, des larges baies de sable fin aux petites criques rocheuses isolées, des vastes dunes dorées du sud auxoasis verdoyantes, l’enchantement est sans bornes.Des riches forêts aux hautes plaines rases, des oueds profonds aux grottes profondes,des lacs et cascades aux casbahs intimidantes, les merveilles au Maroc s’étendent à perte de vue, fortes de leur histoire et de leur beauté sauvage. Pays de panoramasinsolites et de paysages marquants, le Maroc saura surprendre tous ceux qui ont la curiosité d’aller au-delà de ses routes balisées pour découvrir sa vraie nature.Son artisanat aux innombrables facettes rassemble les plus belles traditions culminant en un savoir-faire jalousement gardé par des générations. Pays derencontres, de saveurs, de contrastes et de trésors enfouis, il abonde de souvenirs qui palpitent dans les authentiques médinas et les ruelles préservées de ses villes. Enclave naturelle, le Maroc propose aux sportifs et aux amoureux de l’aventure tous types d’activités sportives incluant des escapades en VTT, du rafting dans les cours d’eau d’altitude, du parapente et des randonnées dans ses déserts splendides. Si la beauté des reliefs comble le regard,l’authenticité de l’accueil réchauffe le coeur. Le Maroc vous reçoit dans ses hôtels subjuguant au cachet unique, ses hammams inoubliables, ses spas apaisants, ses centres de thalassothérapie et de balnéothérapie aux vertus exceptionnelle.

Au Maroc, la culture est toujours au rendez-vous. Tout au long de l’année, festivals de musique, rencontres artistiques et moussems folkloriques glorifient l’art dans chaque région du Royaume. Succombez aux ambiances exaltées et profitez d’une programmation lyrique envoûtante.Le Maroc, un accueil royal et une escale magique qui vaut le détour..

Bon à savoirs

Lisez les informations de base et aussi quelques faits amusants sur l'Australie! Vous trouverez ici tout ce que vous devez savoir sur le «'Land of Plenty' '!

Pays

Maroc

Visa Requirements

Not Needed for EU Citizens.

Pays

Maroc

Languages spoken

English

Currency Used

Euro

750.63 km2

A la découverte de la méditerranée

Le littoral méditerranéen: Vagues mélodieuses, sable doré, larges baies, le littoral méditerranéen comble vos envies de grand air et d’évasion. Un mélange étonnant de verdure émeraude et de bleu azur, oscillant entre panorama sauvage et écume au reflet argenté. Au coeur des rives méditerranéennes faites de plages, de criques et de calanques à proximité des falaises et sommets du Rif, les villes du nord du Maroc vous charment et vous murmurent leurs innombrables secrets. Saidia, Al Hoceima, Cala Iris,Chefchaouen, Mdiq, Cabo Negro, Martil, Tétouan nous révèlent que des embruns diaphanes aux canyons profonds, il n’y a qu’un seul pas, celui de l’émotion....

Tétouan

Tétouan a élu domicile là où la montagne se jette dans la mer. Tantôt verdoyante et luxuriante, tantôt translucide aux teintes bleutées, Tétouan, la belle hybride, marie subtilement la douceur de la Méditerranée à l’authenticité du Rif. Entre paysages sauvages, canyons, oueds, sentiers escarpés qui l’entourent et plages paradisiaques aux eaux ondoyantes qui longent sa côte, Tétouan exhibe sa grâce naturelle. .

Un passé glorieux

Tétouan cultive son statut de ville hispano-mauresque magistralement illustré par chaque recoin et chaque maison ou ruelle. Entourée de cinq kilomètres de remparts, et gardée par sept magnifiques portes sculptées, la ville tient son nom du berbère « Titaouin » qui signifie « les sources » très présentes dans la ville. La Médina de Tétouan est classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1997. Son histoire prestigieuse est racontée dans le musée archéologique et le musée ethnologique des Arts Marocains, deux lieux emblématiques de Tétouan..

Environs de Tétouan

Avec un paysage vallonné, des hôtels de luxe, une végétation dense, et un littoral de rêve, les plages de la station balnéaire Tamuda Bay rivalisent de douceur de vivre et de sérénité: Mdiq, bourgade côtière attachante prisée pour son front de mer, ses rues piétonnes, son ports de pêche ; Cabo Negro, un des fleurons du patrimoine golfique du royaume ; Marina Smir, luxueux port de plaisance ultra moderne, situé au cœur d’un site privilégié ; Martil, lieu de charme où brise nordique se mêle aux essences des pins maritimes …; Plus à l’est, le village de Oued Laou offre une expérience de pur recueillement, un calme hors du temps dans un univers brut où le silence mystique rivalise avec la beauté sauvage....

Chefchaouen

L’étreinte des montagnes rifaines Inscrite au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2010, son charme rustique découle de ses mystérieuses ruelles où il fait bon flâner au milieu des maisons peintes en blanc et bleu vif. Sa médina est enfouie dans la montagne et ses ruelles tortueuses pavées de galets, serpentent admirablement le long de ses pentes. Sa place principale est dominée par les remparts rouges de la Casbah, construite au XVIIème siècle et qui abrite des jardins andalous hauts en couleurs et un petit musée où se trouvent des trésors de broderies et de vêtements colorés et variés à l’image de ceux des femmes de la région. Un terroir inépuisable Chefchaouen est connue pour être un modèle nutritionnel grâce à ses produits riches et sains. Elle est un véritable retour aux sources, puisant dans son terroir : huile d’olive, fruits et légumes, céréales et multiples épices et condiments. Une nature euphorisante La région de Chefchaouen est pionnière au Maroc en matière d’engagement écologique et de préservation de l’environnement. Elle offre une panoplie d’activités stimulantes mêlant trekking, randonnées, escalade, spéléologie, chasse, pêche et canoë à une rencontre fascinante avec les montagnes du Rif, les forêts de pins, de cèdres et de chênes. Cette région est l’une des premières au Maroc à participer au projet phare «Pays d’accueil touristique», initiative qui prône le développement des zones rurales à travers des itinéraires allant à la rencontre des populations et de leur mode de vie. Le parc National de Talassemtane s’étend sur un panorama époustouflant et renferme plus de 1.380 espèces végétales, dont un grand nombre d’endémiques et une faune riche recensant plus de cent espèces. A proximité du parc, le pont de dieu à Akchour, arche naturelle impressionnante, taillée dans la roche rouge, surplombe l’eau cristalline de l’Oued Farda. A visiter également, les cascades de Cherafat, un endroit où seules les imposantes chutes d’eau rompent le silence.

D’Al Hoceima à Saidia

Al Hoceima est une ville côtière surplombant la mer avec une succession de baies et de criques aux eaux calmes et limpides. Les vacanciers ou résidents s’y adonnent aux plaisirs des activités nautiques ou de la détente. Al Hoceima, c’est également le Parc National dans le massif des Bokkoyas formé de hautes falaises et dont une partie importante se trouve en mer. On y trouve trois espèces de dauphins : Dauphin commun, Dauphin bleu et blanc et Grand Dauphin. 69 espèces d’oiseaux y sont dénombrées, dont spécifiquement une des plus grandes concentrations mondiales de Balbuzard pêcheur. Il offre également abri à des espèces très rares telles que le Phoque moine et le Goéland d’Audouin.

Saïdia, la perle bleue

Plage attrayante, eaux translucides de faible profondeur, un arrière pays qui invite à l’aventure et aux excursions, Saïdia est la nouvelle station balnéaire et le futur joyau du littoral méditerranéen. A deux ou trois heures des principales villes d’Europe et desservie par deux aéroports internationaux (Oujda et Nador), Saidia est véritable pôle touristique au cœur de l’oriental marocain. Dotée d’une marina digne d’une destination nautique aux standards internationaux, elle est pressentie pour être le 3ème plus grand port de plaisance de la Méditerranée. La cité compte plusieurs hôtels 4 et 5 étoiles, des villas et appartements résidentiels de luxe, trois parcours de golfs et un « Medina Center » disposant de multiples boutiques, restaurants et cafés. A proximité de Saïdia, le petit village de pêcheurs de Ras el Maa ne manque pas de charme. De petites dunes boisées d’eucalyptus ponctuent le paysage, agrémentées d’une plage bien abritée et adossée à une falaise et à un site d’interet biologique à l’embouchure de la Moulouya.

L’oriental De Oujda à Figuig

À l’Est du Maroc, du rivage méditerranéen de Saïdia à l’oasis saharienne de Figuig, cernée à l’Ouest par le Rif Central et à l’Est par la frontière avec l’Algérie, l’Oriental offre une diversité de reliefs et de paysages incomparables, théâtre de nombreux vestiges préhistoriques réservés aux curieux et aux amateurs d’histoire et d’anthropologie. Oujda l’accueillante Oujda, ville située entre les montagnes du Rif et la longue route qui mène vers le sud jusqu’à Figuig est éloignée de l’effervescence touristique des villes qui l’entourent. La médina, en plein centre ville, vivante et gaie, baigne dans une luminosité méditerranéenne et une joyeuse animation. Deux imposantes portes gardent les deux entrées de la médina, à l’ouest Bab Al Gharbi et à l’est Bab Sidi Abdelouahab. Un autre joyau de la médina: l’école coranique, une médersa mérinide datant du XIVème siècle raconte admirablement l’histoire mouvementée de cette cité ancestrale. Le Palais Dar Sebti est consacré à la musique araboandalouse, appelée ici gharnatie. A 4 km de la ville, la forêt de Sidi Maâfa offre de belles promenades et une vue panoramique sur la ville et ses environs. A 6 km d’Oujda, les sources de Sidi Yahia alimentent en eau une belle oasis et qui abrite les mausolées de plusieurs Saints.

Tafoughalt

Tafoughalt, à 44 km de Saïdia, est une petite station de 850 m d’altitude rafraîchie en été par la brise de la mer. Idéale pour les excursions et l’évasion au coeur des montagnes, elle recèle des richesses naturelles surprenantes, notamment le massif des Beni Snassen et sa variété d’essences: eucalyptus, chêne, pin, thuya, doum (palmier nain). A proximité, un oued d’une beauté rare et sauvage se profile le long de la route sinueuse: Les gorges de Zegzel sont l’un des plus beaux sites de la région. Les sentiers serpentent le long des gorges et ses différentes rives d’où le temps et le souffle sont suspendus. Un magnifique panorama force l’admiration: des vergers en terrasse plantés de figuiers, de grenadiers, d’orangers et de néfliers, de rosiers sauvages et de lauriers roses bordent paisiblement le lit de l’oued.

La grotte du Chameau

A l’origine de son nom, une stalagmite rappelant étrangement la forme du chameau. Cette grotte, ouverte à la spéléologie tout au long de l’année, est la plus célèbre et la plus visitée de la région. Un circuit éclairé permet aux visiteurs de s’extasier devant ses stalagmites et stalactites, sublimes sculptures de la nature..

Figuig

A 433 km d’Oujda, Figuig est l’une des plus belles oasis du Maroc, la plus proche d’Europe.
Elle a su conserver son histoire, ses remparts et sa mosquée datant du Vème siècle de l’hégire, et cache aujourd’hui des gravures rupestres datant de l’âge néolithique. L’agglomération compte 7 ksours. Anciennes constructions inédites, elles lui valent son classement au patrimoine national dont les plus réputés, le ksar Zenaga, le ksar El-Oudarhir et le ksar Hammam Foukani. La palmeraie de Figuig est un dédale de verdure et compte plus de 100.000 palmiers dattiers et une dizaine de variétés dont la célèbre « Aziza ».

La côte atlantique Tanger

Etendus sur plus de 2 900 km, de Tanger à Lagouira, les sites se succèdent et révèlent une diversité authentique. Cernées par les vagues houleuses de l’océan, les villes côtières attirent aussi bien les amateurs d’aventures que les ’amoureux de sports de glisse. Tanger, carrefour de civilisations Située au nord du Maroc, surplombe le détroit de Gibraltar, Tanger glorifiée par les artistes et érudits des quatre coins du monde qui ont foulé ses terres et y ont réalisé leurs oeuvres ( Henri Matisse, Eugène Delacroix ,Paul Bowles…). Là où la mer épouse l’océan Rive légendaire entre Atlantique et Méditerrannée, deux caps se profilent fièrement pour ciseler la beauté du paysage tangérois, le cap Spartel et le cap Malabata. Le cap Spartel abrite les spectaculaires grottes d’Hercule, cavernes naturelles offrant une vue époustouflante sur le détroit de Gibraltar, éclairées par un passage unique sur l’océan dont les parois dessinent les bordures d’une carte de l’Afrique. Le cap Malabata se prévaut d’une vue imprenable sur la baie de Tanger. Planté de pins et d’arbustes, il est le gardien d’un phare imperturbable et d’un mystérieux château de style médiéval. L’exubérance tangéroise Après la douceur de l’air marin, place à l’effervescence de la médina et son grand socco (souk en espagnol). D’échoppes en échoppes et de ruelles en ruelles, l’authenticité du souk vous enveloppe. En prenant la rue des Siaghines, (bijoutiers), vous accédez au petit Socco, petite place pittoresque bordée de cafés jadis fréquentée par les figures emblématiques de Tanger. Un peu plus loin se dresse l’âme de Tanger, la Casbah, l’ancienne forteresse dont les remparts dominent la médina.

Casablanca

T r é p i d a n t e e t m o d e r n e , Casablanca, capitale économique du royaume, est une ville en perpétuel mouvement. De nature impétueuse, vibrante et frénétique, elle exprime sa modernité et son charme traditionnel, une dualité qu’elle cultive avec brio. Tout en lorgnant l’avenir, Casa la blanche conserve une aura originelle, dénuée de fard. Entre modernisme et authenticité, elle cultive une énergie toujours renouvelée dont elle seule détient le secret. Casablanca la mondaine Aux portes de l’Europe, elle attire de nombreuses entreprises et accueille séminaires et congrès tout au long de l’année. Dotée d’infrastructures de pointe et de services performants, elle révèle un Maroc contemporain, résolument tourné vers demain, et accueille pas moins de 60% des entreprises industrielles et commerciales du Maroc ainsi que la majorité des banques. Les centres et instituts culturels étrangers y sont légion et offrent une programmation riche et diversifiée. Les activités culturelles y foisonnent, avec des programmations prestigieuses englobant concerts, expositions, pièces de théâtre et manifestations culturelles. Une mosaïque architecturale Casablanca réussit à conserver un charme brut. De l’église du SacréCœur au marché central, entre ruelles, passages et boulevards, la métropole perpétue magistralement le savoir-faire architectural d’avantgarde propre aux années 20 et 30. Une architecture alliant urbanisme et esthétique, omniprésente autour des centres de pouvoir. On y admire les immeubles art déco composés de coupoles, de colonnes et de balcons sculptés glorifiant une époque qui fut le théâtre d’expressions architecturales uniques. Le style néomauresque, les formes géométriques art déco ponctuées de zellige et les expressions néo-classiques se côtoient, créant à chaque coin de rue une mosaïque éloquente.
Au cœur de la ville Les lieux cultes de Casablanca sont disséminés dans plusieurs quartiers de la ville. La médina est la partie la plus ancienne de la ville. Détruite par un tremblement de terre en 1755, elle se démarque par son architecture arabo-musulmane et coloniale. La ville s’enorgueillit de son monument phare, la mosquée Hassan II. Dotée d’une splendide esplande elle est la plus grande du Maghreb et la 3ème plus grande du monde après celle de la Mecque et de Médine, dotée d’une splendide esplanade. Une fierté nationale se vantant de jouxter le plus haut minaret du monde, un long bras de marbre et de zellige émeraude qui s’élève sur 210 mètres dans le ciel. Grandiose et intemporelle, la Grande Mosquée est constamment animée et est le point de rencontres et de balades dominicales. Un autre site incontournable de la ville, les Habous, quartier traditionnel , composé de ruelles typiques, de petites places et d’arcades en pierre, aux nombreux bazars et boutiques artisanales. La corniche de la ville est un espace de vie harmonieux proposant de nombreuses activités : restaurants, glaciers, hôtels de luxe, centres commerciaux, aires de jeux, spectacles, discothèques, cinémas, clubs nautiques… Bientôt la ville se dotera d’une immense marina associant hôtels de luxe, appartements haut de gamme, business center et espaces commerciaux. Un projet ambitieux à vocation de pôle touristique majeur, scellant définitivement l’essor de la ville bouillonnante.
.

D’Asilah à Larache

Asilah une ville arabo-andalouse avec un passé portugais très présent encore dans la ville. Les remparts portugais qui encerclent la ville attestent de ce passé glorieux qui prend toute sa dimension dans l’architecture hispano-mauresque où se succèdent arcades, portes et colonnes. Bastions, tours et remparts farouches offrent aujourd’hui une fenêtre intacte sur le passé. D’une incroyable sérénité, Asilah vit au rythme du clapotis des vagues et de l’enchantement de ses spectacles durant les périodes de festivités. La vaste étendue de sa plage incite aux longues balades à cheval et à des moments de détente. Larache A 90 km de Tanger, Larache attire les aficionados de détente et de farniente et promet des balades plaisantes au bord de ses étendues turquoises, et à proximité de son port de pêche. Elle exhibe une architecture andalouse typique, plus présente dans le centre de la ville. La Casbah aux ruelles tortueuses surplombées d’arcades fut longtemps une forteresse de corsaires. Ses restaurants sont réputés pour leurs succulents poissons et grillades, un plaisir pour les amateurs de fruits de mer. Près de Larache, perchées sur une colline, se trouvent les ruines de la ville romaine de Lixus. Lovée dans ce cadre serein, la cité ancestrale dévoile des vestiges imposants et se prépare à l’accueil de la station Azur « Lixus », station balnéaire moderne en phase de construction. Elle se veut un havre de « bien-être, santé et nature » pour les amateurs de plaisance, de sports nautiques. Le site comprendra un port de plaisance, un parc forestier, deux parcours de golfs de 18 trous et un centre commercial. Une myriade d’activités liées à la découverte de son arrière pays, en l’occurrence chasse, parcours équestres et excursions, raviront les adeptes inconditionnels de la nature.

D’El Jadida à Mazagan

Azemmour est une petite ville littorale fortifiée nichée sur la rive de l’oued Oum Er R’bia. En déambulant dans la médina, on découvre les réminiscences de l’architecture portugaise sur les portes des maisons et une Casbah en ruine protégée par ses remparts. El Jadida, la cité fortifiée Au sud-ouest de Casablanca, la cité fortifiée portugaise de Mazagan est une ville côtière antique, expression phénoménale de l’architecture portugaise avec des maisons ornées de pilastres et de balcons en ferronnerie. Inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco, l’ancienne Mazagan, devenue El Jadida, renferme aujourd’hui bastions, ruelles enchevêtrées et murailles préservés dans un cadre de villégiature chaleureux. Lieux portugais cultes La citerne portugaise est une remarquable salle souterraine faisant partie du château fort construit par les portugais en 1514…
Des traditions qui perdurent La ville d’El Jadida cultive la tradition hippique depuis des décennies. Célèbre pour la qualité de ses élevages, la ville accueille un des cinq haras nationaux du pays. Elle s’illustre surtout par le célèbre moussem annuel «Moulay Abdallah Amghar» qui rassemble plus d’un millier de cavaliers, et des fantasias où différentes tribus se succèdent jusqu’à la tombée de la nuit. Le salon du cheval est un autre évènement hippique à El Jadida, devenu le rendez-vous annuel des amateurs d’élevage et d’art équestre depuis 2008. El Jadida offre d’agréables balades à cheval le long de ses plages ou dans les forêts environnantes. La fauconnerie, un savoir-faire ancestral, jadis réservé aux seigneurs, est l’apanage d’El Jadida où exercices de chasse et dressage de faucons font la fierté de la région. Mazagan Immensité de l’océan, plage à perte de vue, plantes parfumées, c’est dans cet écrin de nature qu’est née la nouvelle station balnéaire «Mazagan Beach Resort». Avec son hôtel de luxe, ses villas cosy, son casino, son golf et ses diverses activités, le Mazagan Beach Resort répond à toutes les exigences.

De Safi à El Oualidiya

Safi: Un passé glorieux Safi possède un patrimoine historique d’une grande richesse. La promenade dans la ville commence au château de la Mer ou Ksar El Bahr, un bastion carré bâti au bord de l’eau au XVIe siècle par les Portugais, puis continue dans la charmante médina jalonnée d’échoppes et de corporations artisanales. La médina a su conserver intacte sa muraille d’influence portugaise. Ses ruelles mènent à la grande mosquée et à la chapelle portugaise. Au bout de la rue des Forgerons se dresse la colline des potiers, fief de la poterie et de la céramique. Célèbres pour leur savoir-faire, les artisans de Safi se transmettent cette maîtrise de génération en génération. D’ailleurs, un musée est dédié à la céramique dans la ville. Autre lieu incontournable de la ville, le port de Safi est réputé au Maroc pour la richesse de ses pêches. Les touristes et passants se délectent de sa sardine, poisson culte de la région. Si la ville régale les passionnés d’histoire, elle attire aussi les amateurs de surf. Classées parmi les « World Class Waves », les vagues de Safi, puissantes et rapides, font partie des dix meilleures au monde. Oualidiya: une brise de détente Lovée au bord d’une lagune paradisiaque, Oualidiya est un havre de paix. La dégustation de ses succulentes huîtres dans ses parcs ou dans ses multiples restaurants qui bordent la plage est inoubliable. Propice à la baignade, la voile et la pêche, Oualidia est une charmante station balnéaire à visiter immanquablement.

Essaouira – Mogador

A Essouira, loin du tapage urbain, l’heure est toujours à l’enchantement et à la douceur de vivre. Fière et imposante, elle déroule avec panache son paysage de remparts imposants, de fortifications d’époque et de canons pointés vers l’océan. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, sa médina, parsemée de bâtiments fiers et intacts, traverse les époques et semble protégée des affres du temps. Vous pouvez flâner et vous laisser envelopper par les effluves d’épices et les senteurs du bois travaillé. A l’intérieur de la médina, la place Moulay Hassan est le lieu le plus animé de la ville, non loin des remparts et du port, véritable paradis du poisson grillé. Plus loin, situé dans une ancienne demeure seigneuriale édifiée au XIXème siècle, le musée Sidi Mohamed Ben Abdellah présente le patrimoine culturel d’Essaouira. Haut-lieu artistique, Essaouira forme une aquarelle harmonieuse et offre le long de ses remparts des fresques de couleurs puissantes. Elle accueille dans ses ruelles une palette de galeries d’art, expressions éloquentes des talents des locaux. Décor mythique du film « Othello » d’Orson Welles et réplique de Jérusalem dans le film “Kingdom of Heaven”, elle se met au diapason des grandes productions cinématographiques. Essaouira vibre aussi au rythme des percussions gnaoua lors de son festival annuel.

Agadir

Parmi les plus belles baies du monde, la plage d’Agadir s’étire sur plus de 10 kilomètres. Son littoral s’étend vers le sud jusqu’aux provinces sahariennes, et son arrière-pays pénètre jusqu’aux montagnes de l’AntiAtlas. Deux lieux emblématiques surplombent la magnifique baie: la corniche et l’ancienne Casbah. La première est une invitation à la flânerie où boutiques, cafés et pubs offrent des instants de détente face à la mer. La seconde, majestueuse, se dresse du haut de son passé prestigieux et surplombe la baie et le port de pêche. Déambuler dans ce port bourdonnant est un moment rafraîchissant. Il y règne une ambiance enthousiaste et pétillante. Les gargotes de poissons, les restaurants du port vous proposent du poisson fraichement péché grillé ou à la façon gadiri. Agadir s’harmonise avec la douceur de son climat. La «nouvelle médina» a été recréée par l’architecte italien Coco Polizzi à 5 km du centre, dans une forêt d’eucalyptus. Ce village culturel perpétue dans ses ruelles la tradition régionale de ses artisans. Une cure de thalasso est idéale pour une remise en forme et un séjour santé-beauté vivifiant et redynamisant. La plupart des grands hôtels disposent de luxueux hammams, de spas et de soins esthétiques du corps à base de produits de beauté naturels ancestraux, huile d’argan, henné, ghassoul…

Taroudant

Au musée du patrimoine Amazigh, les collections de bijoux en argent finement ciselé témoignent de la richesse de la culture berbère. L’arganier, omniprésent dans la région, ne se trouve nulle part ailleurs dans le monde. On le reconnaît à son feuillage et aux chèvres qui n’hésitent pas à y grimper.
Taroudant, située à 80 km à l’est d’Agadir, est protégée par de superbes remparts de pisé. Jalonnée de jardins, elle appelle à la détente et au dépaysement. Parcourir sa médina au tracé sinueux et ses deux souks berbère et arabe est un vrai plaisir. Ses souks sont fournis en épices, plantes médicinales et fruits délicieux, et regorgent de bijoutiers, antiquaires, brocanteurs.
.

De Tiznit à Dakhla

Tiznit : la passion de l’argenterie
A 78 km d’Agadir, Tznit , entre montagnes et côte atlantique, se distingue par ses remparts roses à créneaux, dominants comme dans un décor de film. Cette ville est passée maîtresse dans l’art du façonnage des bijoux en argent. En s’introduisant dans la médina, de véritables trésors attirent le regard: fibules, parures frontales, bagues, poignards pour les hommes… La grande place du Méchouar est une agréable halte pour savourer l’animation nocturne de la cité.
Tafraoute : l’amande en fête De Tiznit à Tafraoute (110 km), la route escarpée mène vers des paysages lunaires qui changent lorsque la route s’engage dans la vallée surplombée d’énormes blocs de granite rosé. La ville est le terroir des amandes et célèbre les amandiers en février. Un littoral spectaculaire Au parc national de Souss Massa, la nature prend sa plus belle forme. Le parc renferme une exceptionnelle faune et flore accueillant une myriade d’oiseaux migrateurs comme les flamants roses, les cigognes ou les ibis chauves ainsi que l’Addax, l’autruche et l’Orix. Falaises, dunes et forêts composent ce paysage sauvage. Plus au sud, on rencontre une grande falaise dominant l’océan. C’est le village pittoresque de Mirlef. Idéal pour se détendre, il offre un choix de petites criques qui s’ouvrent entre des falaises à pic, lieux uniques que pêcheurs et surfeurs se conseillent en secret. Guelmim Autrefois porte du désert et passage incontournable au temps des richesses de l’Afrique noire entre le Maroc et l’Afrique, Guelmim, accueillait les nomades qui affluaient pour les rassemblements des caravanes. Aujourd’hui, elle attire en juin les habitants des régions avoisinantes pour célébrer le moussem du chameau.

Tan Tan

Située aux portes du Sahara marocain, la ville de Tan Tan peut se vanter de rassembler depuis toujours la plus grande agglomération de nomades du désert. Son moussem glorifie les traditions de ces tribus qui affluent de différents horizons d’Afrique. Courses de chameaux, parades de cavaliers, tentes érigées pour l’occasion et expositions d’art et de scènes de vie du désert constituent l’essentiel du moussem .

Oued Chbika

Plages grandioses, falaises, dunes de sable fin, les paysages sont à couper le souffle! l’oued Chbika possède un parc naturel d’oiseaux migrateurs tels que le flamant rose, le grand Cormoran ou encore la Macreuse noire. Smara Accueillante et chaleureuse, Smara constitue une agglomération aux constructions en parpaings coiffés de dômes blancs, nichée entre le desert et l’Atlantique.

Laâyoune

Carrefour incontournable du sud du Maroc, Laayoune est une ville aux couleurs chaudes et aux étendues de sable doré. Ville côtière agréable et atypique , elle jouxte l’Atlantique à 500 km au sud d’Agadir, sur la route menant à Dakhla. Laayoune est dominée par l’étonnante cathédrale espagnole et la vaste place du méchouar point de rencontres des habitants.

Dakhla

Dakhla est une enclave d’une beauté saisissante. Mystérieuse, elle forme une péninsule atypique. La ville accueille un festival annuel culturel et sportif d’envergure en février entre mer, ciel et désert. Dakhla est aussi le fief des sports de glisse où nombre de touristes et locaux se laissent emporter par ses imposantes vagues. Une spécificité qui la propulse au statut de reine incontestable de la vague.

Smara

Accueillante et chaleureuse, Smara constitue une agglomération aux constructions en parpaings coiffés de dômes blancs, nichée entre le desert et l’Atlantique.

A la recherche du patrimoine Rabat

La pérennité des cités impériales Des demeures accueillantes, des médersas majestueuses, des mosquées imposantes, des palais féériques, des Casbahs antiques, les villes ancestrales du Maroc préservent l’âme de leurs vieilles pierres. Rabat, Meknès, Fès et Marrakech sont une ode à l’histoire prestigieuse du Royaume traversé par les civilisations. Divinement préservé, leurs moindres recoins portent en elles un patrimoine glorieux qui transcende les époques. Rabat l’élégante Capitale du Royaume, Rabat est une escale prestigieuse où calme et discrétion riment avec raffinement et art de vivre. Elle est une ville moderne qui a su préserver son côté authentique.
Lieux cultes de la capitale La muraille qui enlace la vieille ville est percée de 5 portes monumentales en pierres (Bab el Alou, Bab el Had, Bab Essoufara, Bab er-Rouah et Bab Zaërs). Chellah, Sala Colonia renferme la nécropole et l’antique cité de Sala. L’ensemble de ces ruines, avec ses milliers d’oiseaux, ses cigognes et sa végétation sauvage, forme l’un des lieux les plus attachants de Rabat. Les vestiges de la Tour Hassan témoignent de l’importance d’une mosquée qui devait être l’un des plus grands lieux de cultes du monde musulman. Le mausolée Mohamed V, chef d’oeuvre de l’art traditionnel marocain reprend tout le savoir faire des maîtres artisans marocains. La casbah des Oudayas respire la tranquillité avec son jardin andalou et son café maure.
La médina La médina est le fief de l’artisanat rbati, reconnu pour son excellence, son raffinement et sa finesse héritée de la tradition andalouse. La rue des Consuls est la plus active. Le dialogue des cultures Engagée dans la vie artistique et culturelle, Rabat compte plusieurs musées. La bibliothèque nationale préserve dument le patrimoine documentaire marocain, inscrit dans la mémoire collective. Rabat est la capitale des Musiques du Monde. Elle accueille le prestigieux festival «Mawazine Rythmes du Monde», qui s’est hissé au niveau des grands festivals mondiaux de musique. Le festival Jazz au Chellah, est l’un des événements pionniers de musique fusion au Maroc. Ville d’avenir Symbole du renouveau du Royaume, Rabat est une destination de choix grâce à ses infrastructures touristiques de qualité, ses centres de conférences, ses restaurants, ses lieux de détente, ses plages.
Si la compétition vous attire, vous pouvez choisir de participer à des concours hippiques dans les clubs équestres ou des parties de golf. Rabat est également une destination de bien-être et de détente. Les splendeurs de Salé Considérée comme la soeur jumelle de la capitale, la cité de Salé dispose pourtant d’une culture et d’une identité qui lui sont propres. Son glorieux passé de République pirate se devine à chaque étape de sa visite. En dépassant les murailles qui préservaient autrefois Salé des attaques des flibustiers espagnols, les charmantes ruelles couvertes de bois de thuya offrent aux regards une médina authentique. De la place du souk Al-Ghazel, le marché de vente aux enchères, au souk El-Merzouk réservé aux bijoux, on déambule devant les étales avec ravissement. Sur les hauteurs de la ville, se trouvent la grande mosquée et la médersa de Salé, devenue musée. Sa cour offre un bel exemple du raffinement de l’art hispano-mauresque.

Fès

culturel, religieux et historique. Fondée au VIIIème siècle, elle connaît son âge d’or entre le XIe et le XIVe siècle, notamment sous la dynastie mérinide. Elle est un carrefour de civilisations mêlant arabes, berbères, juifs séfarades, andalous, siciliens, culminant en un embrasement d’art et de savoir, doublé d’un développement commercial. La création de Fès el-Jedid marque l’épanouissement de la ville et l’apogée de l’art hispano- mauresque s’illustrant par la construction de somptueux édifices. Médina: un enchevêtrement de merveilles La médina de Fès est un labyrinthe intact depuis le Moyen Âge. Classée depuis 1981 au Patrimoine Universel de l’Humanité par l’Unesco, elle recèle de nombreux trésors qui ont su garder authenticité et durabilité depuis plus de 1 200 ans. La plus grande médina du monde arabe est entourée de 24 kilomètres de murailles abritant 9 500 maisons, 176 mosquées, 83 mausolées, 11 médersas et 40 hammams. Derrière les portes d’entrée antiques de la vieille ville se cachent de superbes palais collés les uns aux autres, jalousement tenus secrets par des blocs de murs. Une fois ces portes franchies, c’est l’éblouissement! Le stuc, le bois de cèdre sculpté, les zelliges, les arcades surmontées de stalactites, les balustrades, les grilles en fer forgé, les jardins intérieurs mêlent marbre, fontaines et verdure. Le palais Glaoui a pour rival le palais Mokri, ce dernier faisant partie du patrimoine du Maroc. On peut y admirer la finesse du travail des ébénistes ou la délicatesse des fers forgés sculptés au scalpel. Fès possède de magnifiques médersas, bâtiments construits sous la dynastie des Mérinides. La vaste esplanade du Palais royal, principal monument de Fès el-Jedid, offre une vue impressionnante sur ses portes finement sculptées. Le Mellah, quartier juif fondé après le XVIe siècle par le sultan pour protéger la communauté juive de la ville, est traversé par la grande rue, artère très animée rassemblant toutes sortes de commerces: bijoux, tissus d’ameublement, étoffes. Les maisons du Mellah se distinguent des habitations musulmanes par leurs fenêtres sur l’extérieur et leurs balcons de bois et de fer forgé. La synagogue Ibn Danan du XVIIe siècle est un chef d’oeuvre du patrimoine bâti judeo marocain qui mérite le détour. Le Borj Nord abrite aujourd’hui le Musée des Armes. Les vestiges des Tombeaux Mérinides sont perchés sur la colline d’Al Qolla. De ce haut-lieu dominant la ville, la vue de Fès el Bali et de la vallée du Sebou est féerique. Un art en héritage Dans les rues du vieux Fès s’exprime le savoir-faire culte des fassis. Chaque quartier de la médina se mue en une zone artisanale foisonnante. De la place Nejjarine aux multiples ateliers de menuiserie, vers la place Seffarine connue pour ses chaudronniers et ses dinandiers, des ateliers de céramique émaillée signée par le célèbre bleu de cobalt de Fès, aux fines broderies jusqu’aux tanneries, haut-lieu du travail des peaux, Fès s’enorgueillit des professions léguées de père en fils, des talents peaufinés au fil des temps, de cette énergie artisanale unique. L’art de vivre fassi Fès, c’est le raffinement au quotidien et la culture du bien-être. Elle vous plonge dans ses hammams, ses spas et ses sources thermales, l’univers féerique du fantasme oriental ! Sa cuisine exquise est transmise de génération en génération, un coup de maître pour les femmes fassies. De nombreux événements culturels ponctuent l’année à Fes et ont la particularité de se dérouler dans des univers uniques chargés d’histoire (palais et demeures de la médina, musées…)

Meknès

Mystérieuse, antique et insaisissable, Meknès est une des cités impériales du Maroc, dont la médina est classée Patrimoine Universel de l’Humanité. Incrustée entre les plaines atlantiques et les hauts plateaux de l’Oriental, entre le Moyen Atlas septentrional et les collines pré-rifaines, elle dévoile une splendeur harmonieuse. Un séjour dans ses murs laisse un souvenir inoubliable où se mêlent bien-être à l’état pur, douceur de vivre et grandeur ancestrale. Meknès charme son visiteur par son patrimoine architectural : ses larges remparts, ses imposants palais, ses mosquées, ses médersas, ses jardins, ses bassins d’eau et ses musées. Des édifices qui défient le temps Les remparts de la cité s’étendent sur près de 40 km de longueur, percés de 20 portes fortifiées, de tours et de bastions. Au premier abord, la médina apparaît comme une robuste forteresse. Ici, les portes sont des œuvres d’art et les souks offrent un voyage pittoresque et insolite. La place Al-Hédîm, vaste esplanade, est un passage incontournable pour l ’accès aux souks. Dès la tombée du jour, la place et son grand marché s’animent pour accueillir marchands, acrobates, conteurs et cracheurs de feu. Une ambiance populaire hors du temps s’y renouvelle. Situé à la limite de la place AlHédîm et de la médina, le musée Dar Jamai, au style hispano-mauresque est aujourd’hui le musée régional d’ethnographie où broderies au fil d’or, faïences et bijoux anciens rappellent les splendeurs passées du Royaume. La médersa Bou Inania constitue un chef d’œuvre bâti selon des plans classiques d’école coranique. Les murs de la cour sont tapissés de zelliges, de stuc ciselé et de magnifiques sculptures sur bois de cèdre, offrant un merveilleux exemple de décoration mauresque. Heri Souani date de l’époque de Moulay Ismaïl. De proportion colossale, il se compose de 23 nefs portées par des piliers et des arches. Ce lieu a servi de décor pour le tournage de films internationaux tels que «La dernière tentation du Christ» et «Jésus de Nazareth». Le mausolée Moulay Ismaïl, construit en 1703, est l’un des rares monuments religieux ouverts aux non musulmans. Les petits trésors de Meknès Avec plus de 50.000 artisans, Meknès et sa région perpétuent un savoir faire ancestral dans l’art du bois sculpté et peint, du tissage (tapis, hanbel, broderie..), du fer forgé ou damasquiné, du cuir (maroquinerie, reliures et babouches). Destination éco-touristique par excellence, la région de MeknèsTafilalet abonde de ressources infinies. Elle est le «château d’eau du Maroc» et terre forestière, pastorale et agricole. Terroir intarissable, elle est réputée pour son huile d’olive, sa culture de palmier dattier, ses élevages de chevaux,de truites…. Les environs de Meknès A une vingtaine de km au nord de Meknès, bâtie sur le piton rocheux dominant la vallée de l’Oued Erroumane, la ville de Moulay Idriss abrite le mausolée du fondateur de la dynastie des Idrissides. Volubilis, autre ville phare de la région, est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1997.
Volubilis représente le site archéologique le plus vaste du Maroc et doit sa renommée aux nombreuses mosaïques qui ornent les antiques demeures. En remontant vers le Moyen Atlas, s’étalent le long de la route d’immenses forêts de cèdres,, ponctuées de vallées verdoyantes, de lacs et de sources. Vous avez l’embarras du choix entre les randonnées pédestres ou équestres, le trekking, les circuits en VTT la pratique de la pêche. Au coeur des montagnes coule le plus long fleuve du Maroc, l’Oum Er-Rbia, qui prend sa source à 40 km de Khénifra. Ifrane, surnommée la Suisse du Maroc, est une charmante province rustique à 1650 m d’altitude. Affichant un cachet urbain rappelant les stations alpines aux chalets en pierre et toits de tuiles rouges, elle est délicieusement sereine, feutrée. Ses reliefs sont souvent enneigés en hiver et ses paysages bucoliques. Skieurs, ne ratez pas les pentes des stations voisines, Michlifen (2036m) et Jbel Hébri (2104m).

Marrakech

Ville à la fois mystique et trépidante, pétillante de vie, marrackech dévoile ses fastes aux touristes avides de découvrir ses galeries d’art, ses expositions, ses célébrités, ses palais luxueux et ses nuits branchées. Sa palpitante magie opère divinement, pour preuve, on y revient toujours. Les « incontournables » de la ville ocre
A Marrakech, deux villes se côtoient: la ville ancienne derrière ses remparts et la ville nouvelle aux quartiers du Guéliz, de l’Hivernage et de l’avenue Mohammed VI. Marrakech se prête aux balades à pied, à bicyclette ou encore en calèche selon la tradition marrakchie. Ville verte et aérée, Marrakech compte de nombreux jardins et espaces boisés. Le jardin Majorelle, le parc Arsat Moulay Abdessalam, les jardins du Palais Bahia, les vergers de la Ménara et de l’Agdal sont des lieux de quiétude, de détente et de ravissement. La palmeraie environnante, avec plus de cent mille arbres, accueille les touristes pour d’agréables promenades en calèche. Erigée par les Almohades en 40 ans avec des formes simples, un décor sophistiqué et des proportions équilibrées, la Koutoubia est l’un des plus beaux monuments du Maghreb dont le minaret se voit à 25 km. La place Jemaa el Fna, spectacle à ciel ouvert, lieu de rencontres et de cafés-terrasses, est classée au Patrimoine Oral et Immatériel de l’Humanité par l’UNESCO. S’y donnent rendez-vous marchands d’épices, conteurs, diseuses de bonne aventure, acrobates et les célèbres Gnaouas. La médersa Ben Youssef est un véritable joyau de marbre, stuc, mosaïque et bois de cèdre. Tout proche, le palais M’Nebhi, superbement restauré, accueille aujourd’hui le Musée de Marrakech et ses expositions autour de l’art contemporain et du patrimoine culturel marocain. Les Tombeaux saadiens sont une nécropole royale (du XIVe siècle) avec colonnes de marbre d’Italie et coupole en bois de cèdre ouvragé. A visiter immanquablement, les ruines du Palais El Badii, autrefois considéré comme la merveille du monde musulman. Le palais de la Bahia (Palais de «la Belle ») bâti à la fin du XIXe siècle et dont la construction dura sept ans, est remarquable par son architecture, ses fontaines et ses cours ombragées. Villes d’artistes Marrakech est plus que jamais une ville d’artistes. Les nombreuses galeries d’art et cafés littéraires en témoignent, offrant de beaux espaces dédiés aux peintres, sculpteurs et plasticiens. Féérie marrakshie Palaces de rêve, hôtels de luxe, splendides riads, et soirées mondaines, Marrakech déploie son opulence sans inhibition. Tous les grands de ce monde viennent se ressourcer et vivre la magie de l’ensorcelante ville ocre. Festival International du Film, Festival des Arts Populaires, Festival du Rire, Soirée « Caftan »… On ne compte plus les événements qui ont choisi Marrakech pour rayonner. L’arrière pays : lacs et montagnes En hiver, vous pouvez profiter de la station de ski de l’Oukaimeden Visitez la vallée de l’Ourika qui s’enfonce dans les premiers contreforts de l’Atlas : une belle vallée verdoyante ourlée de villages en pisé qui se prête aux randonnées à pied. Tizi-n-Test et Tizi-n-Tichka Deux cols franchissent le Haut Atlas vers le sud : le Tizi-n-Test et le Tizi-n-Tichka. La route du Tizi-n-Test est l’une des plus spectaculaires du Maroc. Elle grimpe dans des vallées magnifiques jusqu’à 2092 m, d’où l’on découvre un panorama splendide sur la vallée du Souss. Le parc national de Toubkal Dans le Haut Atlas, le parc national de Toubkal présente une exceptionnelle diversité de peuplements. Sur les conseils avisés d’un guide de montagne, l’ascension peut se faire en deux jours avec une nuit dans un bivouac ou dans un refuge. Beni Mellal Azilal Profitez d’une halte à Beni Mellal pour vous baigner dans les sources d’Aïn Asserdoune ou les cascades d’Ouzoud. Avec ses cascades et ses nombreux cours d’eau vive, la région est idéale pour pratiquer le canoëkayak, le rafting et le canyoning.. On peut aussi y pêcher comme sur le lac de Bin el Ouidane, au nord d’Azilal. A Beni Mellal, prenez de la hauteur en parapente, en parachute ou en ULM et survolez la région des vallées de l’Atlas.

Le grand sud

Paysages surréels, décor atypique, désert à perte de vue, le grand sud se profile là où discrètement le sable crée dunes et palais, où l’eau enfante oasis verdoyantes, plaines fertiles et vallées profondes. Au milieu de ces trésors naturels, le périple commence et ne trouve plus fin, entre bivouacs, casbahs, palmeraies et oueds. De Ouarzazate vers les vallées du Draâ, du Dadès et du Ziz jusqu’aux villages nomades pré-sahariens, l’aventure du grand sud s’étire indéfiniment et repousse sans cesse les limites, dans une pureté sans âge. A la croisée des chemins entre les vallées du Drâa, du Dadès et du Ziz, entre les montagnes du hautAtlas et les étendues désertiques du pré-Sahara, Ouarzazate a choisi son camp. Elle est gardienne d’émotions typiques du grand sud. Ses fortifications d’un autre âge, les ombres de ses palmiers qui lézardent sur les murs et l’eau de ses gorges qui s’écoule lentement font de ces lieux un décor convoité par les plus grands réalisateurs de cinéma. Ouarzazate y veille jalousement comme sur un héritage qui défie le temps. Dans son souk, henné, dattes, roses, épices et armoise côtoient poteries berbères, objets en pierre taillée et tapis Taznakht. Le centre artisanal renferme des ateliers de sculpture et des broderies soyeuses aux couleurs flamboyantes.

Ouarzazate

Gardienne des Casbahs Empreintes de puissance sereine, les majestueuses casbahs de Ouarzazate se dressent sur les hauteurs de la ville, grandes citadelles ocres construites en pisé, mélange de terre argileuse et de paille. Nous citons la Casbah de Taourirt et la Casbah de Tifoultout, deux édifices imposants classés au patrimoine national. A visiter également l’epique Casbah d’Aït Ben Haddou située à une trentaine de kilomètres de Ouarzazate qui elle est classée au Patrimoine Universel par l’Unesco. Une aura épique Théâtre des grandes productions cinématographiques mondiales, la ville accueille la fine fleur du 7ème art. Prêtant son décor grandiose aux grands films du cinéma international, Ouarzazate est, depuis des décennies, le théâtre de rencontres de cinéastes du plus haut niveau. Citons «Kundun » de Martin Scorsese, « Le Diamant du Nil » de Lewis Teague, « Un thé au Sahara » de Bernardo Bertolucci, « Gladiator » et « Kingdom of Heaven » de Ridley Scott, « Astérix et Obélix » d’Alain Chabat. Equipée de plusieurs studios de cinéma et d’un musée cinématographique, elle plonge ses visiteurs dans des décors improbables. La ville a également fondé une école de cinéma offrant des formations liées aux métiers cinématographiques, une initiative louable visant à encourager les jeunes talents en devenir. Dans la vallée des roses Célèbres dans tout le Maroc, les roses de la Vallée de Kalaat M’gouna sont prisées pour leur beauté et leur parfum exceptionnel. Leur récolte au mois de mai se mue en grandes festivités, « Le Moussem des Roses » à Kalaat M’gouna. Espèce la plus parfumée, la Rosa Damasquina est cultivée dans de magnifiques roseraies et son eau est une delicatesse pour les sens.

La Vallée du Dadès

Skoura: la richesse du Dadès Première ville à l’est de Ouarzazate, Skoura est l’hôte d’une immense palmeraie. S’y promener met le baume au cœur, entre palmiers, pommiers, amandiers, noyers, grenadiers et figuiers. Skoura est une ville réputée pour ses Casbahs, dont la plus célèbre est Amerhidil. Dar Aït Hammou, Tighermt’n Oumghar à Toundout, Dar Aït Sous, Dar Aït Bel El Hussein, …. Autant de noms qui montrent la multiplicité de ces petits châteaux et la richesse de Skoura. La vallée du Dadès : un périple hors du temps Sur la route antique des Mille casbahs, découvrez les vallées du Grand Sud et les merveilles de la tradition berbère. Appelée la route des casbahs, la vallée est peuplée de citadelles majestueuses et typiques, elle serpente allègrement le long des champs de culture et de jardins. Amandiers, figuiers, oliviers et peupliers argentés jalonnent la vallée du Dadès, sur fond de verdure apaisante. A l’approche des contreforts de l’Atlas, les gorges de Dadès prennent un aspect abrupt, et sillonnent de hautes falaises, des cascades intimidantes, des ruisseaux sans fin et des tribus berbères aux visages avenants. Ksours, citadelles en pisé, villages fortifiés et greniers collectifs ponctuent ce merveilleux périple.

Vers la vallée du Ziz

De Tineghir à Todgha: Un oued atypique Tineghir est une petite ville sur la route qui s’enfonce dans les magnifiques gorges de Todgha. Elle abrite une jolie palmeraie ponctuée de parcelles agricoles séparées par des séguias. Plus vers le nord, le chemin escarpé, bordé de provinces berbères et de bergers nomades, débouche sur un paysage surréel : les gorges de Todgha. D’une beauté majestueuse, elles s’incrustent dans un plateau séparant le haut atlas du djebel Sarhro, où s’écoule une rivière cristalline. Les roches aux teintes roses y prennent des tons ocre vif sous la caresse du soleil. Pour prolonger ce moment de grâce, passez-y la nuit et participez aux randonnées organisées sur place. Dans cette vallée vers Errachidia, l’Oued Ziz taille sa route dans la roche calcaire, enserrée entre de hautes falaises arides et rousses. Il conduit à une incroyable étendue d’eau, ourlée d’une fine bande de verdure, aux rives ocres ombragées par des abricotiers. Les palmeraies se succèdent le long de ce oued qui continue sa route vers le Sud où il nourrit l’immense palmeraie du Tafilalet.

D’Errachidia à Merzouga

Plus au sud nous attend la province chargée d’histoire de Rissani, dernière halte avant l’aventure inoubliable de Merzouga. La ville est le berceau de la dynastie alaouite. Elle renferme un souk animé, le ksar Aber et les enceintes de vestiges de palais, et est le probable lieu de la célèbre cité des Sijilmassa. Merzouga A Merzouga surgissent les dunes tant attendues, espaces infinis livrés au soleil et au vent, collines de sable imperturbables. Tour à tour roses, ocres puis rougeâtres au gré du soleil éblouissant, elles captent le regard… Un spectacle divin qui appelle au recueillement. Les activités proposées par les locaux sont à la hauteur de la grandeur du lieu. Randonnées à pied, en VTT ou à dos de dromadaire, nuit dans une auberge ou en bivouacs dans des tentes berbères subliment votre expérience. Au cœur du Sahara, l’heure est à la détente. Délectezvous des vertus thérapeutiques des dunes. Plongez dans des bains de sable aux bienfaits curatifs et laissez-vous emporter par un bienêtre total. Loin des aiguilles du temps et des contraintes de l’espace, seule face au silence et à la pureté, Merzouga est simplement subjuguante.

Zagora et la vallée du Draâ

La vallée du Draâ : Un préSahara pittoresque A une cinquantaine de kilomètres au sud de Ouarzazate s’étend le fleuve du Draâ aux fascinantes rives s’étirant sur près de 200 km et longeant flancs, cols et gorges des montagnes du sud. Le Draâ, jadis la plus longue rivière du Maroc, prend ses sources dans le haut Atlas, irrigue les villages pré-sahariens avant de se jeter dans l’Atlantique. Son immense vallée bordée de dattiers et de plantations de henné, est une étendue colorée de palmeraies, de vergers, de casbahs authentiques et de villages berbères accueillants. De Zagora à Tamegroute : Un avant-goût du désert Oasis verdoyante et étape principale avant la route caravanière menant vers Tombouktou par le passé, Zagora tranche avec les dunes sahariennes. Elle est surprenante par ses couleurs: grappes de dattes jaunes en haut des palmiers, fleurs roses des lauriers, maisons en terre et flancs ocres du ‘’jebel Zagora’’. Plus loin, le chemin se prolonge à travers les montagnes puis sur une bande de terre cultivée jusqu’au village de Tamegroute. Plusieurs mosquées aux toits de faïence bleue et aux minarets blancs se profilent, ainsi qu’une médersa et une célèbre bibliothèque renfermant des ouvrages religieux de grande importance. Tinfou : haut-lieu de la magie nomade A 5 kilomètres de Tamegroute, aux abords de Tinfou, apparaissent les premières dunes du désert. Les véhicules s’y font rares et les bergers cèdent la place aux nomades. Ici, au contact des dunes vastes et imperturbables, le temps s’arrête, et un panorama immaculé s’étend à perte de vue. Plus loin, en arrivant au village de M’hamid El Ghizlane, la sensation de bout du monde prend toute son ampleur. La province désertique est entourée d’ergs d’une beauté époustouflante...Dromadaires, tentes berbères, bivouacs et bains de sable attendent les passionnés d’aventure.

L’art de vivre au Maroc

Le Maroc est une terre d’accueil. Pays aux reliefs hétéroclites, aux paysages contrastés et à la nature luxuriante, il déploie sa générosité légendaire et son savoir-faire authentique. Dotées d’atouts typiques et de ressources intarissables, ses villes endossent des personnalités différentes, rivalisant de charme et d’hospitalité. Déambuler dans ses Souks, c’est découvrir des produits du terroir et des trésors artisanaux uniques. Le Maroc, c’est l’agrément au quotidien, un parfum enivrant de fleurs d’oranger, d’eucalyptus et de tamaris. Grand ambassadeur d’art, le Maroc foisonne notamment de manifestations artistiques de tous genres et abonde de galeries d’art, de centres culturels et d’espaces dédiés aux artistes hors pairs. Berceau de musiques nobles, le royaume revendique un héritage musical qui fait la fierté de ses habitants (musiques andalouse, gnaouie, amazighe, chaabi, malhoun, et tant d’autres…) Savourez le Maroc Si vous avez le goût des bonnes choses, vous vous délecterez d’une cuisine authentique, typique et mémorable. La cuisine marocaine est célébrée à travers le monde. Elle est à l’image du pays : généreuse, dense, colorée, parfumée, copieuse. Riche et diversifiée, elle prend aussi les teintes et les saveurs de chaque région. La cuisine marocaine reflète l’histoire complexe du pays et les différentes populations qui s’y sont installées. Découvrez ses grands classiques et leurs innombrables variantes.

Les grands mets classiques

Les cités impériales abondent de plats cultes qui se perpétuent de génération en génération. Héritière de la cuisine arabo-andalouse du XIIIe siècle, la gastronomie marocaine associe délicieusement le sucré au salé, employant savamment toutes sortes d’épices et de condiments : cumin, coriandre, safran, piment doux, cannelle... Ingrédients que l’on retrouve dans la pastilla aux pigeons et aux amandes, une recette locale. L’aérienne pâte feuilletée qui enveloppe la farce est une spécialité que les femmes fassies se transmettent de génération en génération. La Mrouzia fait le succès de la gastronomie fassie ; ce plat initialement préparé lors de la fête de l’Aïd-el-Adha (la « fête du mouton »), utilise un mélange original d’épices, le Ras El hanout, ou littéralement « tête de la boutique », qui comprend entre 35 et 45 épices différentes provenant du Maroc mais aussi d’Orient ou d’Afrique sub-saharienne. Le poisson est également à l’honneur dans la cuisine marocaine : tajine de thon aux raisins secs, lotte au citron confit, daurade au fenouil et céleri, boulettes de poisson au riz safrané… La cuisine au Maroc bénéficie aussi des apports berbères en produits (huile d’argan, safran, miel, amandes). Le tajine est un met berbère et les dattes sont une délectation bédouine accompagnées de lait ou lben. Les Maures ont introduit l’huile d’olive, les amandes, les fruits et les herbes aromatiques. Les Arabes ont apporté les épices, sans oublier les Britanniques qui, au XVIIIme siècle, ont importé le fameux thé devenu l’emblème national. Des plats traditionnels en passant par les fameuses pâtisseries dont seules les femmes marocaines détiennent le secret, la cuisine marocaine est à consommer sans modération.

Artisanat et shopping

Des trésors fait main Fort d’une genèse artisane, le Maroc a accumulé au fil de l’histoire des métiers typiques et un savoir-faire immortalisé de père en fils. Chaque région se démarque par son artisanat et son domaine de compétence. Les souks traditionnels des médinas rivalisent d’ingéniosité et exhibent d’admirables œuvres traditionnelles façonnées par des mains talentueuses. Une dextérité inimitable dont les secrets sont transmis dans les enceintes des ateliers des maitres artisans. La tapisserie est un art majeur essentiellement féminin impliquant un travail d’une infinie subtilité. Pour preuve, le tapis traditionnel de Rabat qui s’est fait une réputation égale à celle des tapis d’Orient. La poterie est le second secteur artisanal après la tapisserie, considérée parmi les spécialités les plus anciennes du pays, notamment dans les régions de RabatSalé, Fès et Safi. Un art subtil qui nous livre des merveilles comme les tajines colorés, objets miniatures, vases décoratifs, luminaires.
Le nouveau design marocain Les souks traditionnels des médinas côtoient l’élégance des enseignes à la mode des nouveaux quartiers. Les plus grandes marques occidentales s’y sont installées auprès des enseignes marocaines: maroquinerie, vêtements, joaillerie, chaussures, dévoilent le côté moderne du shopping marocain. On assiste aujourd’hui au développement d’un artisanat marocain revisité. Ce mariage entre tradition et modernité est l’occasion de trouvailles ingénieuses et génère des productions originales de qualité qui répondent à la sensibilité contemporaine. Nombre de créateurs, marocains ou étrangers, réinterprètent les matières et la tradition pour produire des objets modernes et tendance ». Marrakech est devenue un véritable temple du design. Un retour aux sources
Maroc, le Royaume du bien-être Au Maroc, le bien-être est une culture ancestrale. Rien n’égale l’ambiance délicieusement vaporeuse des mythiques hammams, où l’esprit plane au milieu des effluves purifiants. Entre massages, soins naturels et remise en forme, Les spa sont aussi un havre de paix dotés d’équipements de pointe et de personnels qualifiés. Du ghassoul à l’huile d’argan, en passant par les bienfaits adoucissants de l’océan et des innombrables plantes aux vertus thérapeutiques, rien ne s’immisce entre vous et vos moments de détente. Le hammam : des bienfaits ancestraux Le hammam, cérémonial de vertus et bienfaits, puise ses origines dans l’antiquité gréco-romaine. Dans ce lieu magique aux murs de tadellakt et zelliges règne une atmosphère particulière, voilée par la chaleur et la vapeur humide où l’esprit s’apaise. Gommage au savon noir, enveloppement au ghassoul, masque à l’eau de rose ou de fleur d’orangers, massages aux huiles essentielles, hydratation à l’huile d’argan : tout vous plonge dans une béatitude euphorisante. La thalassothérapie : une vague de bien-être La thalasso au Maroc, c’est la qualité des soins, le dépaysement total et un climat enchanteur. Avec ses 3000 kilomètres de côte atlantique et ses 500 kilomètres de côte méditerranéenne, le Maroc possède tous les atouts pour vous prodiguer des soins de thalassothérapie de qualité. Aux bienfaits de l’eau de mer, aux structures à la fois modernes et authentiques s’associent technologies avancées et personnel qualifié. Le spa : que du bonheur Le spa connaît une forte expansion dans toutes les villes marocaines. Vous y retrouverez toute une gamme de prestations alliant produits naturels de qualité et mains expertes, pour un voyage sensoriel unique. Des massages aromatiques aux soins du visage, des bains aux gommages, tout est fait pour vous offrir un moment exceptionnel.
.

Le sport dans l’âme

Le Maroc est la terre des aventuriers. Sur les eaux calmes de la Méditerranée, tous les férus d’activités nautiques trouvent leur bonheur. Sorties en mer à bord de voiliers ou catamarans, plongée sous-marine à la découverte des dauphins, ski nautique, jet skis ou kayak des mers : il y en a pour tous les goûts. Côté Atlantique, c’est le paradis des sports de glisse ! Surf, kite surf, planche à voile, char à voile se retrouvent sur les longues plages de sable blanc du nord au sud. Aventurez-vous dans l’arrière-pays, le Moyen et Haut-Atlas et vivez en communion avec la nature à travers des randonnées, du trekking, des équipées de chasse. Plus vers le sud, vivez la magie des dunes puis reposez-vous à l’ombre des tentes berbères. Le ski n’est pas en reste au Maroc et les pistes vertigineuses accueillent les amateurs des sports d’hiver.
Le plaisir nautique Sur la Méditerranée, tous les amoureux de la voile peuvent prendre la mer : voile légère, grande croisière, sorties en mer à bord de voiliers et catamarans. La méditerranée au Maroc profite d’un vent dominant modéré et constant, d’une mer faiblement agitée et à bonne température, et d’un climat très agréable qui favorise toutes les activités nautiques et sportives. La plongée sous-marine dans des eaux cristallines vous révèle la faune et la flore des fonds marins de la côte sud de la Méditerranée. L’absence de courant fort, la diversité des sites de plongée et l’équipement disponible sur place font de la Méditerranée l’un des spots les plus intéressants pour plongeurs de tout niveau. De surcroît, des emplacements et du matériel sont spécialement mis à disposition de tous les amateurs pour assurer les conditions idéales de pêche. Un littoral palpitant Le long de la côte qui relie Safi et Essaouira à Dakhla, se trouvent quelques uns des meilleurs spots de surf au monde. Aujourd’hui, la région est mondialement connue pour ses vagues puissantes et sa houle constante de septembre à avril. Autre lieu adulé des surfeurs, la côte d’Imessouane, petit paradis de biodiversité, authentique et sauvage, où l’on peut surfer toute l’année. Essaouira est le haut-lieu des surfeurs. La cité est devenue, en quelques années, le paradis des sports de glisse nautiques et accueille notamment l’étape finale du Kiteboard World Cup, rendezvous incontournable des meilleurs kiteboarders mondiaux. La glisse à Dakhla A Dakhla on pratique tous les sports de glisse dont le windsurf, kitesurf et stand up paddle. A la fin février, la compétition internationale de surf s’installe à Foum Labouir, fief de la glisse. Dakhla accueille également la plus longue course de vitesse du monde, sur plus de 40 km. Dans cette compétition inédite, les meilleurs windsurfeurs et kitesurfeurs du monde s’affrontent. Quelle que soit la région, les chemins de randonnées sont variés et nombreux. Les marcheurs choisiront les balades dans les forêts de chênes, les chemins escarpés des sommets de l’Atlas ou les trekkings sportifs dans le désert. La montagne au Maroc offre toute une panoplie d’activités telles que trekking, randonnées, escalade, spéléologie, chasse, pêche, canyoning. Un réseau de gîtes ruraux gérés par les habitants, des circuits de randonnées, des accompagnateurs connaissant bien le milieu naturel et les traditions locales, tout est mis en place pour vous faciliter le séjour. Les amateurs de chasse trouveront également leur bonheur. A l’assaut des pentes En hiver, on peut à la fois se baigner et skier sur les hauteurs, comme à la station de ski de l’Oukaimeden, située à 75 km de la ville de Marrakech, qui répond aux normes internationales.

A l’aventure !

Pays de montagne, le Maroc offre tous types de sports, randonnées, rafting, parapente, escalade spéléologie, chasse, pêche, canyoning … En hiver, un bon équipement devient vite indispensable et les sports de glisse, surf et ski, peuvent agrémenter judicieusement un trekking musclé. Les plus aguerris pourront tenter d’escalader les sommets pour atteindre « le toit du Maroc » et s’offrir une vue fabuleuse sur tout le pays. Quelle que soit la région, les chemins de randonnées sont variés et nombreux. Les marcheurs choisiront les balades dans les forêts de chênes, les chemins escarpés des sommets de l’Atlas ou les trekkings sportifs dans le désert. Un réseau de gîtes ruraux gérés par les habitants, des circuits de randonnées, des accompagnateurs connaissant bien le milieu naturel et les traditions locales, tout est mis en place pour vous faciliter le séjour. Les amateurs de chasse trouveront également leur compte. N’hésitez pas à emprunter le circuit des lacs qui traverse des paysages sauvages de haute montagne. La plus grande partie des lacs du Moyen Atlas est concentrée entre Beni Mellal, Azilal et Khénifra. Né de la rencontre de plusieurs ruisseaux, l’oued Ouzoud se précipite de plus de 110 m de haut au fond d’un gouffre verdoyant tapissé de roches calcaires. Ce sont les magnifiques cascades d’Ouzoud. La brume qui s’élève sur les rochers crée un arc en ciel permanent. L’eau froide du torrent permet des baignades rafraîchissantes. Il est également possible de combiner des randonnées sportives en montée dans le Massif du M’Goun et d’effectuer la descente en ski quand l’enneigement le permet.

You don't have permission to register